Un préavis négatif de l’ARG pour deux projets de crèche

jeu, 29. nov. 2018

PAR XAVIER SCHALLER

PETITE ENFANCE. Riaz et Vuadens n’auront pas de crèche. Les deux projets sont au point mort, après avoir reçu un préavis négatif de l’Association régionale la Gruyère (ARG). Motif: les taux d’occupation ne sont pas suffisants, en moyenne, dans les crèches gruériennes.

Légalement, si une crèche affiche un taux d’occupation inférieur à 85% durant deux ans, les parents des enfants ne reçoivent plus de subventions, ni des communes ni des employeurs. «Personne ne contrôlait ces taux, car il y avait plus un manque de crèches qu’un trop-plein», constate Patrice Borcard, préfet de la Gruyère et président de l’ARG. «Aujourd’hui, les listes d’attente ont disparu. Nous ne sommes plus dans le besoin.»

L’ARG a effectué une analyse de la situation pour la rentrée scolaire. Le préfet ne veut pas divulguer ces résultats, parce qu’ils sont contestés: «Certaines crèches nous disent que fin août est un mauvais moment pour juger du taux d’occupation, parce que tous les parents n’ont pas encore inscrit leurs enfants. Une deuxième étude va donc débuter à la fin du mois.» Les crèches et les communes vont être informées prochainement, par courrier, de cette analyse complémentaire.

Pas de besoin à Vuadens

Ces premiers chiffres ont néanmoins servi à justifier deux préavis négatifs pour les projets de Vuadens et de Riaz. «En Gruyère, une seule structure est à 100% de sa capacité. D’autres ont des taux relativement bas.» C’est notamment le cas à Vaulruz, avec, selon Patrice Borcard, un taux «vraiment très bas», qui implique qu’une nouvelle crèche à Vuadens n’est pas nécessaire.

«A Riaz, la situation est différente. C’est un projet à plus long terme, lié à une rénovation.» Il s’agit du bâtiment de l’Aigle Noir, pour lequel les bourgeois de Riaz ont accepté en octobre d’investir 5,2 millions de francs. «L’ARG a répondu que, en l’état, le préavis serait négatif pour l’installation d’une crèche.» Le Service de l’enfance et de la jeunesse (SEJ) a aussi donné un préavis négatif, dans le cadre du dossier soumis au Service des constructions et de l’aménagement.

Un taux de 67,7% à Bulle

La situation dans le cheflieu, qui compte la moitié des dix crèches gruériennes, joue un rôle important. Chargée du dicastère santé et affaires sociales, la conseillère communale Chantal Pythoud joue la transparence: «Fin août, le taux d’occupation moyen était de 67,7%. Suivant les crèches, il variait de 100% à 37,8%.»

Chantal Pythoud approuve la décision du SEJ de prendre en compte les places libres, via l’ARG, pour autoriser de nouvelles structures d’accueil. «Avant, l’ouverture ne dépendait que de l’aménagement du lieu et de la formation du personnel.» Selon elle, ce nouveau critère permettra aussi de protéger les petites associations de l’appétit des grands groupes présents sur ce marché. ■


Des institutions en difficulté

L’association La Belle enfance a été créée la semaine dernière, par deux directrices de crèche et une maman. Objectifs affichés: sauver Les Zoubilous, à Enney, et Le Tsamala, à La Roche, et promouvoir le métier d’éducatrice de la petite enfance.

Samedi à Bulle, l’association mène sa première action, avec l’organisation d’un spectacle musical sur le thème des superhéros. Plus de 400 billets ont déjà été vendus et une seconde représentation a dû être prévue. «Nous ne faisons aucun bénéfice, précise Sarime Vial, directrice des Zoubilous. Le prix des billets est calculé au plus bas, pour permettre à toutes les familles de participer.»

Alors en quoi ce spectacle peut-il aider à sauver les deux institutions? «Nous voulons sensibiliser un maximum de personnes aux problèmes que nous rencontrons. Les gens viennent chercher leurs billets auprès des crèches, ce qui permet un premier contact. Nous allons aussi profiter de l’après-spectacle pour discuter.»

Les deux crèches manquent d’effectifs. Les directrices mettent en cause l’harmonisation dans le district des subventions versées par les communes (La Gruyère du 27 septembre). «La nouvelle grille tarifaire était annoncée pour août, puis septembre. Maintenant, on parle du 1er janvier», regrette Mélanie Clerc, directrice du Tsamala. Selon le président de l’ARG Patrice Borcard, un nouveau prolongement du délai est même probable. Une incertitude qui pèse, à l’heure d’établir les budgets 2019, et peut décourager les parents.

Une grille intermédiaire

Une grille tarifaire intermédiaire a été établie. Mélanie Clerc l’a intégrée, avec des effets très négatifs: certains enfants inscrits ne sont pas venus, d’autres ont vu leur temps de garde diminuer ou ont été retirés. «Pour les revenus moyens, l’augmentation était de 10 à 15 francs par jour. Quand les parents estiment que la crèche est trop chère, ils prennent une fille au pair, trouvent une maman de jour ou arrêtent carrément de travailler. Est-ce que l’on peut dire ensuite qu’il y a assez de places d’accueil?»

A Enney, Sarime Vial a gardé ses anciens tarifs. «Comme je travaille avec beaucoup de communes, c’était trop compliqué de tout recalculer. Je le ferai quand on aura une grille définitive.» Un choix qui n’a pas plu à la ville de Bulle, qui a bloqué ses subventions: «Pour les parents avec un revenu annuel de 75 000 francs, le coût dans cette crèche est supérieur de 37% à ce que propose l’ARG», argumente la conseillère communale Chantal Pythoud. Mardi, l’Exécutif de Bulle a néanmoins accepté de verser les subventions retenues pour les treize enfants concernés. «Jusqu’à la fin de l’année et avant de nouvelles négociations.» XS

Bulle, aula du CO, samedi 1er décembre, à 15 h (complet) et 18 h. Réservations: 079 642 03 71

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Exploit de Bulle en Coupe de Suisse!

Opposé à Chiasso (Challenge League), le FC Bulle a remporté 2-1 après prolongation le premier tour de la Coupe de Suisse. Menés après quatre minutes, les Gruériens ont donné une leçon d'abnégation: égalisation de A. Yenni (45e) puis but victorieux de Ndiaye (110e). Futur adversaire connu dimanche.