La Chaumine bloquée par un recours

| jeu, 25. avr. 2019

PAR CHRISTOPHE DUTOIT

CRÉSUZ. Un nouveau recours risque de faire des gorges chaudes dans la vallée de la Jogne. Dans un texte déposé le 17 avril à la préfecture de la Gruyère, vingt-quatre cosignataires contestent la décision de l’assemblée communale de Crésuz, le 20 mars, d’accorder un crédit de 5,9 millions pour le projet de La Chaumine. Pour mémoire, une salle communale polyvalente devrait voir le jour sur la parcelle communale où se situe actuellement une ancienne colonie de vacances désaffectée. La place adjacente et l’ancien four à pain devraient également être réaménagés, tout comme une nouvelle déchetterie à l’arrière du bâtiment, ainsi qu’un parking végétalisé.

«Les recourants remettent en cause les explications données par le Conseil communal, explique le préfet Patrice Borcard, chargé de traiter ce recours. Selon eux, l’information n’a pas été donnée de manière complète et objective. Notamment, ils contestent la présentation et pointent du doigt une information qu’ils jugent erronée, à savoir l’inclusion d’un montant pour la transformation de l’actuelle administration communale.»

«Provoquer un clivage»

Joint hier matin par téléphone, le syndic Jean-Claude Reymond-Joubin n’était pas au courant d’une telle démarche de la part de ses concitoyens. «Je veux bien croire que certaines personnes ne soient pas heureuses de cette décision. Mais c’est malheureux qu’on en vienne à faire systématiquement recours contre une décision démocratique. Cela risque de provoquer un clivage entre les citoyens.»

Evidemment, le syndic fait allusion à «l’affaire» qui secoue la commune voisine de Val-de-Charmey, à propos d’un montant de 250 000 francs alloué par l’assemblée communale aux remontées mécaniques. Le recours, qui a provoqué un effet suspensif, a eu pour conséquence indirecte la mise en faillite de la société.

«L’effet suspensif s’applique au projet de La Chaumine durant la procédure, précise le préfet. J’ai écrit un courrier à la commune, qui doit me fournir l’enregistrement de l’assemblée, pour savoir ce qui a été dit durant cette soirée, ainsi que les documents de présentation. La préfecture se déterminera ensuite sur la base de ces éléments. Pour l’instant, je ne peux pas en dire davantage. Nous devons analyser ces documents de la manière la plus transparente possible.» En amont de cette assemblée extraordinaire, le Conseil communal avait organisé deux séances d’information publiques et le projet avait fait l’objet d’une présentation dans l’Echo Val-de-Charmey.

Selon le syndic, cet effet suspensif n’a, pour l’heure, pas de conséquences directes sur les travaux préalables à la mise à l’enquête du bâtiment, prévue dans le courant de l’année.

Noms pas dévoilés

Patrice Borcard relève que les recourants ne remettent pas en cause le décompte des voix, bien que le camp du oui l’ait emporté avec trois petites voix d’avance sur celui du non (58 contre 55). Il précise également que les noms des cosignataires de ce recours ne seront pas dévoilés, comme il est de mise en la circonstance.

Le préfet compte rendre sa décision dans un délai court. «J’attends désormais la détermination de la commune, puis celle des recourants.» En cas d’acceptation de ce recours, les citoyens de Crésuz seraient appelés à se reprononcer sur ce projet. ■

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

L'incendie de la scierie Despond «vraisemblablement intentionnel»

L'incendie qui avait touché la scierie Despond, au soir du 27 juin 2018, était «d'origine humaine et vraisemblablement intentionnel», affirme la police cantonale. Toutefois, le ou les auteurs n'ont pour l'heure pas été identifiés. L'instruction conduite par le Ministère public est suspendue.