Les EMS gruériens resteront décentralisés dans les régions

mar, 28. mai. 2019

PAR CHRISTOPHE DUTOIT

PERSONNES ÂGÉES. La problématique du vieillissement prend une place toujours plus importante dans notre société. Et notamment la question des établissements médicoso - ciaux (EMS). Dans le district, le plus récent a été mis en service en 1990, soit il y a bientôt trente ans. «Nous sommes à un tournant majeur du concept d’accompagnement des personnes âgées en Gruyère», a expliqué, hier à la presse, le préfet Patrice Borcard, président du Réseau santé et social de la Gruyère (RSSG).

La relative vétusté des bâtiments, doublée avec les contingences actuelles en matière de soins, a conduit le RSSG à définir un plan d’action pour les dix ans à venir, présenté le 16 mai aux communes (lire ci-dessous): six EMS en fonction – Morlon, Humilimont, Sorens, Sâles, Vuadens et Gruyères – seront remplacés par trois nouvelles constructions, tandis que cinq autres établissements connaîtront des rénovations plus ou moins importantes. Les coûts sont estimés à 120 millions, à payer par le pot commun en vigueur depuis 2018 entre les communes du district.

«C’est un projet global, affirme Patrice Borcard. J’en appelle à la prise de conscience et à la solidarité de toutes les communes: c’est déjà le cas pour la jeunesse et l’école, cela doit aussi l’être pour les seniors.»

Trois critères ont présidé aux réflexions: «Flexibilité, économicité et solidarité, explique Patrice Borcard. Nous ne savons pas où nous en serons dans dix ans, ni quels seront les besoins. Nous avons choisi de nous concentrer sur trois nouveaux sites et nous n’avons pas pu contenter toutes les communes candidates.» Pour assurer la meilleure efficience en termes de fonctionnement et d’économie. «Nous avons l’ambition de maintenir le nombre de lits de long séjour en Gruyère», explique le directeur du RSSG David Contini.

Pôles de compétence

Le concept Horizon 2030 tient compte d’un grand nombre de paramètres. Par exemple, la volonté de concentrer les lits AOS à la Maison bourgeoisiale, à Bulle. «Pour proposer une structure intégrée à la ville, à mi-chemin entre les appartements et l’EMS», lit-on dans le rapport.

Surtout, le projet table sur le développement de prestations en amont des EMS, pour favoriser le maintien à domicile. «Désormais, chaque commune dispose d’une commission chargée de réfléchir à ses concepts communaux», détaille le préfet. Avec une certitude: «Nous devons réorienter les EMS vers des établissements multiprestataires et développer des centres de référence et des pôles de compétence dans les régions.»

Ainsi, le principe de décentralisation est primordial dans toutes ces discussions. «Nous nous sommes demandé s’il fallait une seule buanderie pour tous les sites, détaille le préfet. Or, nous avons décidé de conserver ces postes de travail dans les villages.»

Besoin de souplesse

Même si plusieurs sites vont fermer, la nouvelle organisation préservera l’essentiel des emplois. «Oui, il y aura du travail. Mais, évidemment, nous aurons besoin de souplesse durant la phase de changement. Aujourd’hui, il est impossible de dire qui va œuvrer où en 2021!» Parmi ses futures tâches, le RSSG devra notamment harmoniser les conditions de travail et les diverses caisses de pension.

Concrètement, les délégués des communes se prononceront sur ce programme le 12 septembre 2019. «Chaque investissement sera ensuite voté en fonction de l’avancement des études.» Comme la limite pour le référendum obligatoire sera atteinte, les citoyens seront appelés aux urnes, avec «l’idée d’un seul vote sur le montant global». Peut-être à la fin 2020. ■


Trois constructions et cinq rénovations

D’ici 2030, trois nouveaux EMS seront construits en Gruyère et cinq autres subiront des rénovations.

CONSTRUCTION À PRINGY

Préféré au site du Pâquier, le nouvel EMS de Pringy permettra la fermeture de ceux de Gruyères et d’Humilimont, jugés inadaptés aux besoins actuels des résidents. Il accueillera l’Unité d’accueil temporaire et d’orientation (UATO) pour tout le Sud fribourgeois. Construction estimée à 33 millions. Première pierre espérée en 2022 pour une mise en service en 2025.

CONSTRUCTION À VUADENS

Une nouvelle bâtisse devrait voir le jour à côté de l’EMS existant. Elle accueillera l’antenne de l’association La Famille au jardin, au centre des trois districts du Sud. Une Unité spécialisée en démence (USD) sera créée. Le site de Sâles sera ainsi abandonné et celui de Vuadens deviendra le site de référence du bassin de la Sionge. Construction estimée à 33 millions. Première pierre espérée en 2024 pour une mise en service en 2026.

CONSTRUCTION À SORENS

Le nouvel EMS de Sorens sera construit sur l’emplacement du bâtiment actuel (ses résidents pourraient être installés dans l’ancien site de Vuadens durant les travaux). Une Unité spécialisée en démence (USD) sera créée. Construction estimée à 24 millions. Première pierre espérée en 2026 pour une mise en service en 2028.

RÉNOVATION À CHARMEY

D’importantes rénovations sont prévues au Home de la vallée de la Jogne, à Charmey (canalisations, enveloppe thermique, réaménagement intérieur, création d’espaces collectifs). Idéalement, le site accueillera une antenne de l’aide et des soins à domicile. Coût des travaux estimés à 13,5 millions. Réalisation prévue en 2020.

RÉNOVATION AU FOYER  DE BOULEYRES À BULLE

Selon une étude en cours, les canalisations et les fenêtres du Foyer de Bouleyres devraient être changées. La création d’un foyer de jour de treize places est envisagée dans une annexe, qui permettrait l’ajout de quelques chambres supplémentaires. La capacité d’accueil sera réduite durant le chantier. Coût des travaux estimés à 10 millions. Réalisation prévue en 2020.

RÉNOVATION À LA ROCHE

Une première façade de l’EMS de La Roche a fait l’objet d’une rénovation en 2018 pour un montant de 400 000 francs. Reste au programme les trois autres façades et le toit. Coût des travaux estimés à 4 millions. Réalisation prévue entre 2019 et 2020. A noter la création, hors du Réseau santé et social de la Gruyère, d’un complexe de 16 appartements adaptés et d’un cabinet médical de groupe, pour un coût total de 11 millions.

RÉNOVATION À LA MAISON  BOURGEOISIALE À BULLE

Diverses rénovations de moindre importance sont prévues à la Maison bourgeoisiale de Bulle, notamment dans le cadre de sa réaffectation en lits Assurance obligatoire des soins (AOS). Coût des travaux estimés entre 1,5 et 2 millions. Réalisation non urgente.

RÉNOVATION À VILLARS-SOUS-MONT

Enfin, l’EMS de Villars-sous-Mont pourrait agrandir sa salle à manger si son service d’aide et de soins à domicile est déplacé sur le site de Pringy. Coût des travaux estimés à moins de 500 000 francs. Réalisation non planifiée. CD

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

L'incendie de la scierie Despond «vraisemblablement intentionnel»

L'incendie qui avait touché la scierie Despond, au soir du 27 juin 2018, était «d'origine humaine et vraisemblablement intentionnel», affirme la police cantonale. Toutefois, le ou les auteurs n'ont pour l'heure pas été identifiés. L'instruction conduite par le Ministère public est suspendue.