Propriétaire du Moderne débouté

| mer, 27. fév. 2019

Le Tribunal cantonal a rejeté le recours de Michel Acquaroli, propriétaire du Moderne, à Bulle, qui s'opposait à la remise en état des peintures murales de Jacques Cesa et Massimo Baroncelli.

Les juges ont reconnu aux œuvres, peintes par les deux artistes gruériens en 1985, une valeur artistique et historique indéniable, de même qu'une valeur culturelle suffisante justifiant leur remise en état.

Cela dit, par rapport à 2014, date du recours de Michel Acquaroli, la situation a changé, estime le TC. Les peintures murales ont été saccagées en 2017 et Jacques Cesa est décédé l'an dernier.

Ils renvoient donc le dossier au préfet de la Gruyère qui devra statuer sur les modalités de la restauration des peintures. Article complet à lire dans notre édition de jeudi.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

A Bulle, l’immobilier se déconnecte de la réalité

On construit toujours beaucoup à Bulle alors que le taux de vacance est en nette hausse.

D’importants projets sont pourtant en préparation, poussés par des promoteurs volontaristes.

Investisseurs institutionnels et observateurs en appellent à ralentir le rythme.

JEAN GODEL

ENQUÊTE. A Bulle, les immeubles continuent de pousser comme des champignons après la pluie. Pourtant, les conditions du marché de l’immobilier ont changé. Ainsi le tau...